À propos de la SQET

Une société de recherche dynamique

La Société québécoise d’études théâtrales est une société de recherche dynamique qui favorise la participation de ses membres à une pléiade d’activités scientifiques. Unis par l’étude des arts de la scène, chercheurs, étudiants et retraités sont invités à prendre part à un ou à un plusieurs des axes de recherche qui rassemblent ses membres : théâtre québécois d’hier et d’aujourd’hui, théorie et critique, recherche-création ainsi que théâtre et formation. Ces axes de recherche forment des tables qui réunissent les membres intéressés, au moins deux fois par année. De plus, la SQET garde contact avec ses membres grâce à un bulletin publié deux fois par année, un site internet qui fourmille d’informations, une revue savante renommée (L’Annuaire théâtral) et un colloque annuel. Ce colloque inclut des vidéoconférences permettant aux membres étrangers d’y faire des présentations au même titre que ceux et celles qui se déplacent en personne. En somme, la SQET est une association au service de ses membres qui, en s’y impliquant et en y adhérant, concourent en retour à son dynamisme. Loin d’être réservée aux universitaires québécois, la SQET est ouverte sur le monde de la recherche théâtrale et compte des membres en provenance de nombreux pays.

Pourquoi devenir membre ?

La SQET maintient l'existence vivante d'une communauté de chercheurs qui partagent le même objet de recherche, les arts de la scène. Depuis 1976, les professionnels des études théâtrales ont choisi la SQET comme espace où partager leurs idées, analyses et découvertes avec leurs pairs. La SQET demeure aujourd'hui le lieu par excellence pour rester informé des plus récents travaux sur le théâtre. Les tables tenues en cours d'année autour de nos quatre axes de recherche permettent de multiplier les occasions de rencontre et d'échange, qui culminent au colloque du printemps. De plus, à divers moments de leur carrière, plusieurs praticiens choisissent de fréquenter la SQET pour alimenter ou renouveler leur démarche de création. Enfin, par leur abonnement à L’Annuaire théâtral, les membres s'assurent de connaître l'aboutissement des recherches de leurs collègues. En adhérant à la SQET, vous profitez d’ailleurs automatiquement d’un abonnement d’un an à L’Annuaire théâtral.

Pourquoi devenir membre étudiant ?

Enrichir sa formation

La SQET invite ses membres à s’investir de différentes façons dans les activités qu’elle chapeaute. Que ce soit en participant à l’organisation d’événements scientifiques ou en présentant l’avancée de vos travaux dans le cadre d’un colloque ou d’une journée d’étude, la SQET vous donne l’opportunité de renforcer vos compétences et vos pratiques selon vos envies et vos intérêts personnels. Le contact direct avec une communauté de chercheurs et l’accès privilégié à leurs travaux permet aussi à chacun d'approfondir sa connaissance du théâtre. C'est un atout important pour contrebalancer l'aspect étroitement spécialisé de la plupart des objets de recherche et des projets de thèse ou de mémoire.

Être connecté au milieu de la recherche

Grâce au bulletin de liaison – Théâtralités / SQET  – envoyé deux fois par an, à la revue L’Annuaire théâtral et au site Internet de l’association, vous resterez informé en tout temps des activités de la société, des colloques à venir et des publications récentes en théâtre, y compris les thèses et les mémoires. Par surcroît, en rejoignant la SQET, vous établirez des contacts qui vous permettront de mieux connaître les milieux de la recherche et de la création dans les arts de la scène, ainsi que les enjeux qui les animent actuellement.

Ces rencontres avec d'autres étudiants, avec des professeurs et des chercheurs qui partagent des préoccupations de recherche similaires constituent des occasions de mieux planifier un prochain projet de formation, d’élaborer des projets de recherche de grande envergure et d’être au fait des besoins en recherche et en enseignement.

Les nouveaux étudiants qui se joignent à la table d'un axe, de même que ceux qui assistent à des communications ou à des tables rondes, ne sont pas obligés de présenter leurs propres travaux, ils peuvent aussi s’associer d’une manière ou d’une autre à l’organisation d’événements scientifiques. Bref, le rythme d'intégration de chacun est respecté et il est possible d'assister à des activités de la SQET en simple auditeur, par curiosité.

Profitez d'un forfait d'adhésion SQET + CATR / ACRT

Rejoignez également l’Association canadienne de la recherche théâtrale
Canadian Association for Theatre Research
www.catracrt.ca

L’Association canadienne de la recherche théâtrale réunit érudits, étudiants et professionnels du théâtre qui participent activement au développement du domaine. Suivez l’actualité de la recherche au Canada, participez aux réunions annuelles, recevez des bulletins électroniques informatifs (appels à communication, entre autres) ainsi que la revue semestrielle Recherches théâtrales au Canada / Theatre Research in Canada .

Devenir membre de la SQET

Remplir le formulaire d'adhésion, acquitter son paiement et, au besoin, envoyer une preuve de statut peuvent se faire en ligne ou par la poste, comme expliqué dans les deux sections suivantes :

Adhésion par la poste

  1. Téléchargez le formulaire en format PDF et imprimez-le.

    Formulaire en format PDF

  2. Une fois rempli, postez-le avec un chèque ou un mandat poste à l'ordre de la Société québécoise d'études théâtrales à l'adresse suivante :

    SQET
    C.P. 48864, CSP Outremont,
    Montréal, QC
    H2V 4V2

Adhésion en ligne

  1. Téléchargez le formulaire d’adhésion dynamique (format tableur Excel), remplissez les cases vides et envoyez-le par courriel à info.sqet@gmail.com.

    Formulaire en format Excel

  2. Choisissez ici votre type d'adhésion et de tarification et cliquez sur le bouton Payer. Vous serez redirigé vers le serveur sécurisé de PayPal. Il est possible de payer par carte de crédit ou virement bancaire, mais seulement en ligne par ce service (aucun frais supplémentaire ne vous est imputé). Il n'est pas nécessaire d'ouvrir un compte PayPal si vous payez par carte de crédit.

Type d'adhésion
Renouvellement/abonnement

haut de page

Équipe

Conseil exécutif 2017-2018

Sophie Bastien, présidente
Anne-Marie Ouellet, vice-présidente
Marie-Josée Plouffe, trésorière
Virginie Rouxel, secrétaire
Catherine Cyr et Jeanne Bovet, codirectrices de L’Annuaire théâtral

Conseillers 2017-2018

François Jardon-Gomez
Sylvain Lavoie
Chantale Lepage
Carole Nadeau
Nicole Nolette
Sebastian Samur
Marie-Ève Skelling-Desmeules

haut de page

Prix de la SQET

En 2011, le conseil d’administration de la SQET a entamé une réflexion sur la reconnaissance professionnelle des chercheurs en théâtre au Québec et pour décider du sort du prix André G. Bourassa qui s’étiolait. Le conseil a confié à un comité le soin de lui proposer des avenues pour récompenser et soutenir les travaux de qualité à toutes les étapes de la carrière des chercheurs. Ce comité formé de Hervé Guay, d’Yves Jubinville et présidé par Francîne Chaîné a proposé une refonte des prix de la SQET, adoptée par le conseil. Ce nouveau système de reconnaissance professionnelle, plus graduel, prend la forme suivante : le premier prix récompensera alternativement un étudiant qui s’inscrit à la maîtrise ou au doctorat pour travailler sur un sujet théâtral ; le second ira, alternativement, à la meilleure thèse ou au meilleur mémoire dans notre domaine ; le troisième prix sera accordé à la meilleure communication présentée au colloque de la SQET ; pour le quatrième étape, la SQET s’associe à l’Association canadienne de la recherche théâtrale qui remet déjà annuellement un prix au meilleur article en études théâtrales publié en français au Canada ; enfin, le prix du meilleure ouvrage, remis aux trois ans, couronnera des recherches de plus longue haleine. Ce système de récompense sera administré par le conseil d’administration de la SQET et/ou par les membres de son comité de la reconnaissance professionnelle.

Téléchargez ici la description complète des prix de la SQET pour connaître les critères d’admissibilité, les critères de sélection et l'échéancier.

Prix du meilleur ouvrage


  • Nicole Nolette, Jouer la traduction : théâtre et hétérolinguisme au Canada francophone, 2015.
  • Erin Hurley, National Performance : Representing Quebec from Expo 67 to Celine Dion, 2011.
  • Sylvain Schryburt, De l’acteur vedette au théâtre de festival : Histoire de pratiques scéniques montréalaises 1940-1980, 2011.

Bourse d'étude


  • Michaël Blais (2015)
  • Sylvain Lavoie (2014)
  • Émilie Coulombe (2013)

Prix André G. Bourassa


  • Louise Forsyth (2017)
  • Cyrielle Dodet (2016)
  • Catherine Cyr (2015)
  • Julia Ritter (2014)
  • Virginie Rouxel (2013)

Prix du Jeune chercheur


  • Florent Siaud (2016)
  • Marie-Hélène Constant (2015)
  • Émilie Martz-Kuhn (2014)
  • Dominique Fortin (2013)

haut de page

Membres

Membres honoraires


Voici les membres de la SQET les plus récemment honorés :
  • Irène Roy (2017)
  • Jean-Claude Germain (2016)
  • Hélène Beauchamp (2015)
  • Jacques Crète (2014)
  • Jacques Lessard (2013)
  • Tibor Egervari (2012)
  • Linda Gaboriau (2011)
  • Renée Noiseux-Gurik (2010)
  • Jean-Cléo Godin (2009)
  • Laurent Mailhot (2009)
  • Huguette Oligny (2008)
  • Madeleine Greffard (2007)
  • Marc Doré (2006)
  • Pol Pelletier (2006)
  • Jane Moss (2005)
  • Michel Bélair (2004)
  • Mariel O'Neill-Karch (2003)
  • Hélène Loiselle (2003)
  • Michel Beaulieu (2002)
  • Jean-Pierre Ryngaert (2002)
  • André Ricard (2000)
  • André G. Bourassa (2000)
  • Janine Sutto (1999)
  • Paul Hébert (1998)
  • Paul Bussières (1998)
  • Roland Mahé
  • Wladimir Krysinski
  • Pierre Gobin
  • Françoise Graton et Gilles Pelletier
  • Paul Buissonneau
  • François Barbeau
  • Jean Laflamme
  • Renée Legris
  • John Hare
  • André Lecoz (1994)
  • Herbert Whittaker (1992)
  • Alain Ponteau (1992)
  • Guy Maufette (1991)
  • Jean-Louis Roux (1991)
  • Yvette Brind'amour (1991)
  • Guy Beaulne (1991)
  • Denyse Gagnon (1990)
haut de page

Historique

Le 12 mars 1976, des professeurs et des chercheurs se réunissent à la salle Saint-Sulpice de la Bibliothèque Nationale du Québec au 1700 rue Saint-Denis à Montréal pour discuter de l'opportunité de créer une Société d'histoire du théâtre du Québec (SHTQ). Le but de cette société serait de regrouper ceux qui s'intéressent à la recherche en théâtre et qui souhaitent élaborer un projet collectif sur la vie théâtrale au Québec.

Le 26 mai suivant, la réunion de fondation a lieu au Pavillon De Koninck de l'Université Laval, à Québec. Des professeurs et des chercheurs de plusieurs régions et de plusieurs universités y sont présents :

Beaudoin Burger, cégep Ahuntsic, chercheur autonome ;
Jean Du Berger, département d'Histoire, Université Laval ;
Claude Galarneau, chercheur autonome ;
John Hare, CRCCF, Université d'Ottawa ;
Alonzo Le Blanc, département des Littératures, Université Laval ;
Léopold Leblanc, département d'Études françaises, Université de Montréal ;
Renée Legris, département d'Études littéraires, Université du Québec à Montréal ;
Maurice Lemire, département des Littératures, Université Laval ;
Laurent Mailhot, département d'Études françaises, Université de Montréal ;
Pierre Pagé, département de Français, Université du Québec à Trois-Rivières ;
Rémi Tourangeau, département de Français, Université du Québec à Trois-Rivières ;
André G. Bourassa, département de Théâtre, Université du Québec à Montréal ;
Jean Cléo Godin, département d'Études françaises, Université de Montréal ;
René Dionne, département des Lettres françaises, Université d'Ottawa.

La nouvelle société aura comme mission de faire l'inventaire des recherches existantes, de mettre en œuvre et de coordonner de futurs projets de recherche sur le théâtre et d'en diffuser les résultats.

Au cours de ses quinze années d'existence, la SHTQ a rayonné par ses membres dans plusieurs régions, a créé une revue en 1985 – L'Annuaire théâtral –, a maintenu et enrichi les liens entre ses membres par son Bulletin ainsi que par ses rencontres annuelles. Elle a encouragé des projets spéciaux qui avaient comme objectif la conservation du patrimoine théâtral, elle a soutenu la tenue d'expositions et l'organisation de colloques nationaux et internationaux. Ses membres, jeunes chercheurs et chercheurs d'expérience, ont publié d'importants travaux qui ont grandement fait avancer les connaissances en histoire du théâtre.

Présidences : Pierre Pagé (1976-1977) ; Jean Cléo Godin (1977-1981) ; Rémi Tourangeau (1981-1983) ; Jean Laflamme (1983-1986) ; Renée Legris (1986-1991) ; André G. Bourassa (1991-1993).

Seize ans après sa fondation et avec l'accord des deux tiers de ses membres, la SHTQ change son nom pour celui de Société québécoise d'études théâtrales (SQET) afin d'accueillir tous les types de recherche savante en théâtre. Ses lettres patentes sont enregistrées à Québec le 14 décembre 1992.

Présidences : Dominique Lafon (1993-1995) ; Jean Cléo Godin (1995-1997) ; Gilbert David (1997-2000) ; Renée Noiseux-Gurik (2000-2002); Hélène Beauchamp (2002-2004) ; Irène Perelli-Contos (2004-2006) ; André G. Bourassa (2006-2007) ; Irène Roy (2007-2010) ; Louis Patrick Leroux (2010-2011) ; Hervé Guay (2011-2015) ; Sophie Bastien (2015-...).

haut de page
Société québécoise d'études théâtrales, 2011